News de BioDevant

Un OGM peut en cacher un autre

Valérie et Alain nous livre leur analyse …

De nouvelles techniques de manipulation de l’ADN ont été mises au point. Les industriels (Monsanto, Syngeta, Bayer, Limagrain…) refusent de soumettre ces nouveaux OGM à toute réglementation et tout étiquetage. Si nous les laissons faire, nous aurons demain des OGM dans nos champs et nos assiettes sans même le savoir !

Je vous invite à signer une pétition commune à 7 organisations pour exiger de la France a minima l’application de la réglementation OGM à ces nouveaux produits.

Merci de faire suivre largement cette pétition.

www.nouveauxogmjenveuxpas.fr

Pour tous ceux qui ne veulent pas avoir sans le savoir des OGM dans nos assiettes et dans nos champs, voici un article du monde :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/04/12/batailles-et-polemiques-autour-des-nouveaux-ogm_4900608_3244.html

 

Quelques explications pour ceux qui veulent en savoir plus :

Parmi ces nouvelles techniques, une est très puissante et semble avoir de loin la préférence des industriels: CRISPR-CAS9. Il s’agit d’introduire au sein des cellules des petits fragments d’ADN, d’ARN qui vont jouer le rôle de ciseaux et qui viennent couper à des endroits précis la molécule d’ADN et provoquer une modification génétique. Avec cette technique, 3 types de modifications sont possibles:

1)suppression de petits bouts d’ADN, (délétion) 2)changements d’une séquence (éléments constitutifs de l’ADN) 3)Ajout de petit fragments d’ADN

 

Toutes ces techniques provoquent des modifications génétiques mais les industriels souhaitent que certaines soient dérèglementées notamment le cas n°2 ci-dessus. Les industriels affirment que la modification provoquée (qui produit un OGM, au sens qu’il a été génétiquement modifié) peut ressembler à une mutation naturelle (mutation ponctuelle) donc il n’y a pas lieu de réglementer.

La différence majeure quand même, c’est qu’il peut y avoir des effets que l’on appelle « hors cible », c’est-à-dire à un autre endroit du génome que celui où on a utilisé notre ciseau génétique. Ces effets non intentionnels peuvent provoquer des problèmes de santé ou environnementaux. Ce que les industriels tentent également de cacher, ce sont les brevets sur les gènes que ces techniques impliquent. D’un côté, ils nous expliquent que c’est naturel pour ne pas avoir de réglementation et de l’autre que c’est brevetable car c’est l’homme qui a réalisé la manipulation génétique.
La vraie solution reste bien sûr l’interdiction de ces techniques car nous n’en avons pas besoin pour produire en agriculture. La bataille sera difficile mais ce qu’il faut obtenir a minima, c’est la réglementation et l’étiquetage de ces nouveaux OGM, pour ne pas les acheter et pouvoir les boycotter comme les premiers OGM

(sources documentaires: Daniel Evain maraîcher biologique en Essonne, référent FNAB sur les OGM et représentant au Haut Conseil des Biotechnologies et article du journal Le Monde du 12/04/2016)
A bientôt
Bien cordialement,

Valérie et Alain Crochota

De nouvelles techniques de manipulation de l’ADN ont été mises au point. Les industriels (Monsanto, Syngeta, Bayer, Limagrain…) refusent de soumettre ces nouveaux OGM à toute réglementation et tout étiquetage. Si nous les laissons faire, nous aurons demain des OGM dans nos champs et nos assiettes sans même le savoir !

Je vous invite à signer une pétition commune à 7 organisations pour exiger de la France a minima l’application de la réglementation OGM à ces nouveaux produits.

Merci de faire suivre largement cette pétition.

www.nouveauxogmjenveuxpas.fr

Pour tous ceux qui ne veulent pas avoir sans le savoir des OGM dans nos assiettes et dans nos champs, voici un article du monde :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/04/12/batailles-et-polemiques-autour-des-nouveaux-ogm_4900608_3244.html

 

Quelques explications pour ceux qui veulent en savoir plus :

Parmi ces nouvelles techniques, une est très puissante et semble avoir de loin la préférence des industriels: CRISPR-CAS9. Il s’agit d’introduire au sein des cellules des petits fragments d’ADN, d’ARN qui vont jouer le rôle de ciseaux et qui viennent couper à des endroits précis la molécule d’ADN et provoquer une modification génétique. Avec cette technique, 3 types de modifications sont possibles:

1)suppression de petits bouts d’ADN, (délétion) 2)changements d’une séquence (éléments constitutifs de l’ADN) 3)Ajout de petit fragments d’ADN

 

Toutes ces techniques provoquent des modifications génétiques mais les industriels souhaitent que certaines soient dérèglementées notamment le cas n°2 ci-dessus. Les industriels affirment que la modification provoquée (qui produit un OGM, au sens qu’il a été génétiquement modifié) peut ressembler à une mutation naturelle (mutation ponctuelle) donc il n’y a pas lieu de réglementer.

La différence majeure quand même, c’est qu’il peut y avoir des effets que l’on appelle « hors cible », c’est-à-dire à un autre endroit du génome que celui où on a utilisé notre ciseau génétique. Ces effets non intentionnels peuvent provoquer des problèmes de santé ou environnementaux. Ce que les industriels tentent également de cacher, ce sont les brevets sur les gènes que ces techniques impliquent. D’un côté, ils nous expliquent que c’est naturel pour ne pas avoir de réglementation et de l’autre que c’est brevetable car c’est l’homme qui a réalisé la manipulation génétique.
La vraie solution reste bien sûr l’interdiction de ces techniques car nous n’en avons pas besoin pour produire en agriculture. La bataille sera difficile mais ce qu’il faut obtenir a minima, c’est la réglementation et l’étiquetage de ces nouveaux OGM, pour ne pas les acheter et pouvoir les boycotter comme les premiers OGM

(sources documentaires: Daniel Evain maraîcher biologique en Essonne, référent FNAB sur les OGM et représentant au Haut Conseil des Biotechnologies et article du journal Le Monde du 12/04/2016)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *